Le magasin des suicides, ne vous donnera pas envie de sauter par la fenêtre.

Les Magasins des suicides.
J’ai eu la chance de voir le film en AVP 1mois avant sa sortie, et avec la présence du réalisateur. Et tout cela, dans la petite ville côtière proche de chez moi. J’avoue que c’est un exploit, d’habitude, pour les rencontres, on a droit à l’assistant de l’assistant du stagiaire café, ou l’acteur qui fait le passant à la minute 58… Bref. Là, c’était bien.

Donc comme introduction, l’ami Leconte nous raconte qu’étant grand ami avec Jean Teulé, celui ci lui a donné carte blanche pour adapter le livre à sa façon. Donc il l’avoue lui même, ce n’est pas une adaptation fidèle. Mais l’univers du livre se retrouve dans le film.

Plaçons rapidement l’histoire. Dans une ville vidée de sa joie de vivre, le suicide est fréquent, et l’ambiance morose. Le suicide sur la voie publique est réprimé par les forces de l’ordre. Il existe donc une boutique qui pourra vous fournir tous ce qu’il vous faut pour préparer le dernier voyage, poisons, armes à feux, lames et cordes… Une grandes variétés de produits, mort assurée ou remboursée ! Tout va mal, pour le bien du magasin des suicides, jusqu’au jour où une naissance voit naître un enfant rieur. Que la morosité défrise et avec l’envie de changer les choses.

Voilà. D’un point de vue technique maintenant, Leconte voulait vraiment que l’on sente le dessin pour se film, donc pas de graphisme à la Kung Fu Panda, là on voit les « coups de crayons » mais cela reste très fluide et beau, ça m’a beaucoup rappelé le graphisme du clip d’Oldelaf « Le café ». Au niveau de la 3D, il s’agit là d’une « 2D relief » procédé mis au point pour le film, qui a été racheté par Pixar. Du coup, les lunettes ne sont utiles vraiment que pour les plans avec une profondeur de champ, mais j’ai pu tout à fait profiter des couleurs originales du film sans lunettes pendant les 3/4 de la projection, sans aucune véritable gêne.

Pour moi, le film est un bon film, même s’il aurait pu jouer un peu plus sur l’humour noir, ici hormis quelques petites provocations, ça reste assez soft. Car le côté noir est souvent placé dans les chansons ( et il y en a dans ce film ) mais du coup, il est adoucit par la musique.

Les personnages, principaux et secondaires, sont très « réalistes » et touchants. Ils peuvent tous nous évoquer quelqu’un de la rue, quelqu’un que nous croisons, et du coup, il y a une émotion qui se dégage du film.

Cette avant première me donne l’occasion de vous offrir certains points de vue du réalisateur concernant ce film, car avec plus de trente minutes de discussions, il nous en a donné des infos.

Par exemple, il ne voulait aucune voix connues, pour que les personnages puissent avoir une personnalité propre. Selon lui, il est « absurde de montrer le film à des enfants de moins de 8/9 ans » car ils ne comprendraient pas. Alan, le personnage principal, a plus ou moins cet âge là, et les enfants ont tendances à s’identifier à lui, face à des adultes souvent trop sérieux, et ne profitant pas de la vie.

Ce que Patrice Leconte nous a offert également, pendant cette discussion, ce sont des révélations sur deux de ses futurs projets. Tout d’abord, l’annonce pour décembre 2015, oui c’est loin, mais vous serez déjà impatients ! Donc l’annonce de son prochain film d’animation, Musique, qui sera l’histoire d’une jeune fille qui se réveille un matin et la musique n’existe plus. Comment serait la vie sans musique ? Alors ?! Vous voyez que ça donne envie !

Et son prochain film, tourné en anglais, en Angleterre, avec un casting anglo-saxon. Qui sera à nouveau l’adaptation d’un livre de Stefan Zweig « Le voyage dans le passé » avec pour thème non pas est-ce que l’amour résiste au temps, mais est-ce que le désir amoureux résiste au temps ?

Publicités

Publié le 23/08/2012, dans Actu, Cinéma, Critiques, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Alors ? Vous avez pu le voir depuis ?

  2. Bonjour,

    Est ce les memes dessinateurs et scenariste que pour le clip « le cafe » qui ont travaille sur ce film? Car niveau dessin ca ressemble quand meme etrangement.

    Merci

  3. Bon en meme temps « le cafe » etait un film d’etudiant je pense.

  4. Salut !
    En effet, le clip d’Oldelaf a été réalisé par deux élèves de l’EMCA. Mais il ne me semble pas qu’il y ai le moindre lien avec la réalisation du film.

    Mais c’est vrai qu’il y a une ressemblance.. Peut être que les dessinateurs partagent les mêmes goûts et inspirations.

    Désolé du temps de réponse, je suis sur pas mal de projet en ce moment..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :