Archives du blog

Hey ! Salut à tous, alors pour le première article de l’année, on va faire dans l’ancien. Et dans le sombre.

On commence avec Vincent, de Tim Burton.

tim_burton_vincentVincent, c’est sympa, du Burton brut, originel. Une petite musique lente, une ambiance sombre. On y est. On a l’histoire d’un gamin qui pense être quelqu’un d’autre, qui s’enferme dans sa psychose. Comme un sourd appel à l’aide face à un monde qui le dépasse. C’est un bon moment.

Vincent-tim-burton-793061_769_512Le texte tient plus du poème que du scénario, certes ce n’est pas du Rimbaud, mais on se laisse emmener par la bohème (ouais rimes croisées t’a vu !) Enfin voilà, un court ça fait pas de mal, et quand c’est bien, c’est mieux. Donc merci Arte, qui diffuse un dossier Burton comme ça le soir. Ils sont gentils quand même..

 

 

On enchaîne maintenant avec un film, assez ancien, de 1977, réalisé par Dario Argento, maître de l’horreur. Là il nous plante l’histoire d’une danseuse américaine intégrant une école allemande. Et dès l’arrivée de la demoiselle, des meurtres spectaculaires se produisent. Et la jeune est immédiatement happée par l’atmosphère inquiétante du lieu.suspiria_dragon02

Ce qui frappe tout de suite avec Suspiria, c’est la bande son, très présente, mais vraiment bonne, il n’y a qu’un seul moment où j’ai trouvé que la bande son était dérangeante, ce qui est une chose rare. Après, le sur-jeu des acteurs est frappant également, même si c’est un jeu que je retrouve souvent dans un film avec un assassin, si on regarde les slashers de l’époque, ou Psychose ainsi que d’autres films du même acabit..

Le jeu avec la lumière est vraiment bien foutu aussi. Principalement en noir et rouge pour la nuit, mais le rouge reste très présent le jour également. Enfin, c’est bien foutu visuellement. Au niveau de l’histoire, le début n’est pas très explicatif, si ce n’est que l’on va avoir une danseuse à Berlin. Après c’est assez décousu, on sait pas trop qui est la première victime, où est l’héroïne, après c’est qui fait quoi, il y a beaucoup de possibilités de coupable dans le film, le serviteur roumain, les élèves vénales, les profs louches..

large_suspira_blu-ray4

Par contre, l’ami de l’américaine, est vraiment pas maligne… Au lieu de mettre les caisses les unes contre les autres, tu peux pas les mettre derrière la porte et tenir le « verrou » déjà que la personne derrière la porte arrive pas à lever un truc droit avec un rasoir, dans une fente de prote droite, avec un minimum de poids sur le verrou tu restes en vie.. Enfin bref.

Au final, on se retrouve avec un film qui commence à ressentir le poids de son âge, mais l’ambiance du film reste présente, et on sent la maîtrise d’Argento dans ce film, qui à l’époque à du causer quelques insomnies.

 

Voilà c’est tout pour aujourd’hui, à bientôt et bonne année !

 

Publicités